Rando 3 jours entre Lozère et Haute-Loire
Sur les Traces de la Bête du Gévaudan - Mai 2012

Fin Mai Mai 2012, nous avons organisé au départ de chez nous une randonnée de 3 jours, sur le thème de la Bête du Gévaudan. Cette histoire s'est déroulée ici, dans nos forêts ; beaucoup d'éléments, d'endroits, rappellent des faits ayant eu lieu entre 1764 et 1767. On a donc mis en place 3 jours de cheval, avec un rendez-vous au village d'Auvers pour écouter le récit de ces 4 années conté par Bernard SOULIER, Président de l'Association "Au Pays de la Bête du Gévaudan".
C'est un groupe de 9 cavaliers qui s'est élancé sur les Traces de la Bête du Gévaudan, venus depuis le Puy-de-Dôme et même de Lyon.

1er et 2ème jour - 3ème jour

Samedi, nous quittons le Marlet pour la 1ère étape. Nous passerons par la Vialette, avant de monter dans les bois du Montruffet et de Mialanes. La montée se fait tranquillement jusqu'à la route de Brassalière et nous redescendront de l'autre côté par Notre-Dame-de-Beaulieu. Nous rejoignons le village de Paulhac-en-Margeride où nous logerons, au gîte et à l'auberge "Le Bon Accueil" qui porte tout-à-fait bien son nom.
Jean-Michel nous avait déjà amené les affaires et même préparé les paddocks des chevaux qui allaient bénéficier de plein d'herbe printanière !

Dimanche, nous sellons nos chevaux pour une belle journée à cheval. Nous passerons par une table d'orientation à 1 497m d'altitude ; malheureusement, une petite bruine bouchera la superbe vue que l'on y voit habituellement. Ensuite, nous passerons par la Fontaine des Bergers, un croisement de chemins avec plusieurs "sagnes". Nous ferons une pause à la Sogne, le lieu exact où la Bête a été tuée. L'histoire dit que là où elle est tombée, atteinte par la balle tiré par Jean Chastel, l'herbe ne pousse pas et le sol serait resté rouge.
Nous poursuivons notre chemin jusqu'au village d'Auvers où les cavaliers, ainsi que plusieurs personnes venus en voiture, se retrouvent pour midi, au pied de la statue représentant Marie-Jeanne VALLET se défendant face à la Bête. Là encore, tout était prêt grâce à notre intendant préféré pour accueillir les chevaux en sécurité pendant que l’ensemble des personnes présentes dégustaient un apéritif puis leur pique-nique.
A 14h, M. Bernard SOULIER est arrivé afin de nous conter l’histoire de la Bête du Gévaudan, au pied de la statue et avec pour paysage, les montagnes parcourus par l’animal pendant ces années tragiques. M. SOULIER, Président de l’Association "Au Pays de la Bête du Gévaudan", a détaillé tous les événements qui ont eu lieu entre 1764 et 1767, jusqu’au dénouement et à ce mystère non-encore résolu. Mais qui était donc cette Bête ?